Le carnaval de Qartaba au cœur de l’actualité du pays

Print
31 août, 2018
Le carnaval de Qartaba au cœur de l’actualité du pays
 
Durant deux jours, l’espace d’un week-end, les 25 et 26 août, Qartaba a fêté son carnaval annuel, dans la joie et l’espoir, porté par ses habitants et surtout ses jeunes. Sur les balcons, sur les terrasses, sur la place publique, en coulisses, ils étaient tous là, les habitants de Qartaba, mus par une même passion, celle qu’ils portent à leur ville, guidés par le président de la municipalité de Qartaba, Fadi Martinos, au dévouement duquel les habitants sont plus que sensibles. Et cela se perçoit dans la manière dont ils l’entourent, dans la manière dont ils sont à l’écoute de ses mots et de ses directives. Parce qu’ils sentent, parce qu’ils savent, qu’il porte à cœur l’intérêt de leur ville à tous.
Et cette année, comme pour couronner les efforts de la municipalité dans l’ouverture de la ville, il faut noter la présence du Secrétaire général du Réseau des villes Euromed, M. Bernard Massabo, qui a répondu à l’invitation de la municipalité, de prendre part aux festivités du carnaval de Qartaba. Il a pu ainsi constater sur place la participation active et l’engouement des habitants, notamment la nouvelle génération, dans la préparation de leur carnaval.
Durant deux jours, le carnaval s’est déroulé dans une ambiance authentique, spontanée où pourtant chaque détail est étudié, peaufiné. Et du cœur de la fête détonne le point d’orgue du carnaval : le défile de huit chars parés chacun d’une thématique différente, toute relatives à l’actualité du pays. Il ne s’agit pas simplement de s’adonner au divertissement de la fête, de glorifier la nation ou de sombrer dans cette nostalgie qui nous est si chère à nous Libanais, cette nostalgie de l’âge d’or du Liban, cette époque bien révolue, qui parfois nous empêche d’avancer. Par les thématiques développées, les habitants de Qartaba ont fait preuve d’imagination et d’une perception aigue des besoins, des atouts et des lacunes de leur pays. Autant de tableaux qui tonnent comme des revendications socio-politico-économiques, comme un appel à œuvrer dans l’intérêt de la nation.
 
Un char, une thématique
 
Déployant de grands moyens et une réelle inventivité, les chars défilent avec à bord tous les représentants de la nouvelle génération, aussi bien des enfants que des adolescents, ceux qui bâtiront le pays de demain.
 
Pour le 1er tableau, c’est la dénonciation de la corruption, l’avidité de l’argent et l’appât du gain dans les plus hautes sphères et qui miment toutes les institutions du pays.
 
Pour le 2e tableau, voiles, robes de mariées et smoking, il est temps d’officialiser le mariage civil au Liban, au lieu de pousser les jeunes à se marier dans des pays étrangers.
 

Pour le 3e tableau, c’est l’appel à exploiter toutes les ressources naturelles du pays, sans plus attendre : le pétrole et le gaz, loin de tout clientélisme ou intérêts sectaires, pour que tous aient accès à l’électricité.

 

Un 4e tableau pointe du doigt le danger mortel de nos routes, la nonchalance des autorités à faire appliquer un code de route bien strict, en insistant sur la nécessité de la sécurité routière.

 

L’environnement est traité dans un 5e tableau mettant richement en scène tous les besoins environnementaux du pays, de la réclamation d’une mer non polluée, à la protection de la faune et de la flore, en passant par la réglementation des carrières jusqu’à la résolution de la crise des déchets, le citoyen a le droit de vivre dans un Liban qui respecte la nature.

 

Un 6e char représente la libre expression et la liberté d’opinion qui caractérise le pays au sein d’une région où cette liberté n’existe pas ; une thématique d’autant plus d’actualité que récemment le simple fait d’exprimer une opinion sur les réseaux sociaux est devenu un crime en soi.

 

Un 7e tableau fait défiler une grosse pomme rouge, symbole de l’industrie agricole de Qartaba, qui est en effet connu pour ses pommiers qui s’étalent à perte de vue. En usant de cette symbolique, on fait passer le message de la nécessité d’aider le secteur agricole, en installant par exemple sur place, à Qartaba même, un système de réfrigération. Et à mesure que le char défile et que le message passe, des jeunes s’affairent à distribuer aux visiteurs les pommes juteuses du terroir.

 
Pour un meilleur avenir
 
Quant au dernier tableau, c’est un hommage au Liban touristique, à la capacité de notre pays à attirer les voyageurs, par ses sites historiques, par ses atouts naturels, par son climat, par sa diversité, sa joie de vivre et la résilience de ses habitants. C’est aussi le retour de la diaspora libanaise vers ses racines et sa terre.
 
Avec son regard extérieur et professionnel, M. Bernard Massabo a saisi d’emblée l’ambiance merveilleuse qui règne au sein de carnaval de Qartaba. Il a surtout pointé du doigt l’implication de ses jeunes, cette nouvelle génération qui est l’avenir du pays. Et pourquoi, propose-t-il, ne pas choisir parmi ces thématiques développées, un thématique bien précise sur laquelle se pencheront les habitants de Qartaba durant toute une année. Dans l’espoir, peut-être, de trouver des solutions à l’échelle nationale.
GALERIE DE PHOTOS
Afficher plus
Pour bénéficier de nos services,

Contactez-nous